22/10/2012

Coopération Sud-Sud et coopération triangulaire : un véritable partenariat pour une solidarité effective

Coopération Sud-Sud et coopération triangulaire : un véritable partenariat pour une solidarité effective

La coopération entre les pays développés et les pays en développement est un concept qui n’est pas nouveau. D’une posture assistancialiste à l’issue de la seconde guerre mondiale, où l’aide apportée se basait sur un interventionnisme dirigiste des Etats et ONG du Nord, l’approche du développement s’est peu à peu réorientée vers une démarche plus partenariale au tournant des années 1970.

La décennie 1990, marquée par la « fatigue de l’aide » des pays du Nord, a généré, dans les années 2000, une mobilisation internationale accrue en faveur du financement du développement.[1] Mobilisation à nuancer cependant, dans la mesure où l’augmentation globale de l’aide publique au développement n’est en réalité due qu’à la comptabilisation des remises de dettes accordées par les pays du Nord.

L’aide au développement devient plus structurelle et organisationnelle…

Face à ce constat de baisse constante de l’aide, un nouveau cadre de pensée du développement et de mise en œuvre de l’aide a été mis en place dans l’optique d’en accroître l’efficacité.

Si la coopération entre pays en développement fait partie intégrante de la coopération pour le développement à l’échelle mondiale depuis les années 1970, elle suscite aujourd’hui un plus grand intérêt en raison d’un contexte économique déprécié.

L’architecture globale de l’aide au développement a connu des évolutions notables amenant les acteurs du Nord, comme Une Option de Plus (UODP), à privilégier une aide plus structurelle et organisationnelle axée sur l’appui et le renforcement des capacités des acteurs locaux.

…Pour  une valorisation des relations entre organisations de la société civile au Sud…
La stratégie de partenariat développée par  UODP s’oriente vers le renforcement de la coopération Sud-Sud via la mise en place d’une coopération triangulaire. Dans ce cadre, UODP se propose d’accompagner les actions et dynamiques de développement des associations équatoriennes membres de son réseau.

Cette coopération triangulaire, qui peut être définie comme un processus de coopération Sud-Sud soutenu par un partenaire des pays du Nord, ne devrait pas être perçue comme une aide publique au développement, mais bien comme une véritable relation partenariale. La relation entre les associations équatoriennes constituées en réseau, permet la mise en œuvre de projets qui repose sur la coopération, l’égalité de pouvoir entre toutes les parties, l’échange, la confiance, le respect des engagements, la transparence et la réciprocité. C’est un processus dynamique qui doit s’inscrire dans la durée, sur des compétences données et basées sur une vision partagée d’un objectif de solidarité.[2]

526747_431243240232166_967119130_n.jpg

…et le renforcement mutuel de compétences

La participation technique et méthodologique d’UODP est ancrée au niveau local, au plus près des associations de la société civile équatorienne, membres du réseau mis en place il y a aujourd’hui près de six ans.

Plus qu’un rôle d’opérateur direct, UODP se veut accompagnateur des initiatives de ses associations partenaires en leur permettant de développer leurs propres outils et méthodes et leur permettant de participer activement à leur développement en améliorant leur gestion interne et la qualité des services offerts à leurs bénéficiaires.

Le renforcement des capacités mené dans le cadre du partenariat que propose UODP apparaît dès lors comme une co-construction, une dynamique d’évolution conjointe. 

Des synergies locales porteuses de changements sociaux profonds

Patrocinio 20-09 en Quito (6).jpegDe par sa volonté d’accompagner les associations membres de son réseau, porteuses de changements sociaux; en pensant le développement à l’échelle du territoire, le réseau initié par UODP entend mettre en place des programmes (articulant plusieurs projets et thématiques) de développement, essentiels pour que cette initiative soit pérenne et s’inscrive sur le long terme.

Cette collaboration étroite entre associations équatoriennes, soutenue par UODP, a pour objectif d’impacter véritablement les populations bénéficiaires des structures, et ce, à travers l’échange d’outils et de pratiques adaptés aux réalités du contexte équatorien.


[1] L’aide budgétaire en question : quelle efficacité, pour qui ? Atelier-débat, mercredi 14 mai 2008, OCDE, Paris, 121p
[2] Outils pratiques à l’usage des partenaires du Nord et du Sud, Les guides de Coordination SUD, 2006, Paris, 48p
--
Cette note a été rédigée par Romain PÉLERIN, Service Civique, au sein d' Une Option de Plus

Les commentaires sont fermés.